Mes conseils sur Cliquez pour en savoir plus

Tout savoir à propos de Cliquez pour en savoir plus

Le premier âge industriel s’ouvre au cours du XVIIIe siècle, quand la machine à vapeur pro fait son apparition. Ses usages sont d’abord limités mais, à la fin du siècle, elle sera perfectionnée, et ensuite banalisée. C’est ce perfectionnement qui signe le début du machinisme au Royaume-Uni, berceau de l’industrie moderne. On parle souvent de révolution industrielle, mais cette notion est désormais contestée par les historiens, qui y voient avant tout un processus d’adoption progressif. Les évolutions se succèdent et l’idée de “révolution” ne rend pas vraiment compte de la manière dont la fabrication industirelle s’est lentement développée d’hier à aujourd’hui. Ce sont d’abord les manufactures de coton qui tirent profit de l’invention du métier à tisser mécanique par Edmund Cartwright. de même, James Watt innove et propose l’outil à vapeur professionnelle rotative, qui bénéficie à d’autres branches comme les industries de .

Au 19e s., l’europe et les États-Unis connaissent de grandes transformations économiques et sociales. Stimulés par les avancées techniques, ils s’industrialisent. C’est à cette époque que les chemins de fer ( et les premières locomotives fumantes ) apparaissent, au même titre que voit le jour le télégraphe, le téléphone, et les journaux bon marché qui font circuler plus vite les idées et les toutes nouvelles. La croissance spectaculaire des villes fait de cet âge industriel une ère prodigieuse. La première révolution industrielle est généralement proposée comme le résultat technique accompli à la fin du 18e s. et au début du 19e s.. Ainsi l’apparition et l’amélioration de l’outil à vapeur en 1769, inventée par la langue anglaise James Watt permet d’actionner d’autres machines et change de façon radicale les outils de production. Cette période marque irruption de la mécanisation qui érigera la fabrication industirelle en fondements de la structure économique de la compagnie, se substituant ainsi à l’agriculture. L’extraction massive du charbon couplée à cette nouvelle machine à vapeur permet d’ajouter à disposition une énergie nouvelle qui permettra de donner une poussée aux réseaux ferroviaires et aux négoces économiques.

Au XIXe siècle, les industries textiles, les mines de fer et de charbon, la construction des chemins de fer, connaissent en France un développement considérable. En même temps, la chute du nombre des naissances au sein de la population française et le faible exode rural rendent nécessaire l’emploi d’une main-d’œuvre étrangère, souvent frontalière. Belges, en particulier dans le Nord, puis Italiens, notamment dans le Sud-Est et en Lorraine, sont les deux principales composantes de cette main d’œuvre.

Cette descente aux enfers va prendre fin début 1994. En moins d’une année, la moitié du chemin perdu est reprise, et à la période estivale 95, le niveau de la fabrication n’est plus qu’à 6% seulement de son dernier pic. Mais l’élan va vite être brisé après les dévaluations en série du Royaume-Uni, de l’Italie, de l’Espagne qui vont entraîner une perte de compétitivité brutale et laminer des pans entiers de la manufacture de produit industiel française, notamment dans les biens de consommation : le textile-habillement, le cuir, la chaussure, l’électroménager. par ailleurs, le saut de vis budgétaire du gouvernement Juppé, avec notamment la majoration de 2 points de la tva, va casser la consommation des foyers. Une politique de rigueur qui s’inscrit dans la perspective de la mise en place de l’euro.

Mais les conditions de travail ne sont pas roses. En plus de la déqualification des tâches, la modification de la loi sociale ( augmentation de la durée légale du temps de travail, travail de nuit, etc. ) détériore les relations dans les ateliers. Des mouvements revendicatifs vont apparaître notamment en 1917 contre l’inégalité des salaires, la fatigue le résultat du cadences riches, l’absence d’initiative, la répétitivité des gestes, etc. Pour les tensions, le gouvernement va créer pour les espaces techniques de guerre des Comités permanents de conciliation et d’arbitrage régionaux constitués de délégués personnes et de dirigeants. De leur partie, les industriels misent sur le paternalisme et essaient de conseiller leurs ouvriers à faire face à les difficultés du quotidien en accompagnant le ravitaillement, le logement, ou la garde des enfants.

Technologies digitale et mobile : depuis les années 2000, les applications web n’arrêtent pas de se diffuser et de se démultiplier. Plus récemment, ce sont les applications android ( smartphones derniers cris et tablettes tactiles ) qui montent en puissance. Ces avancées technologiques sont de véritables outils de la gestion des performances. Elles assouplissent les échanges entre les partenaires internes et externes et allègent ces derniers des tâches lourdes et à faible valeur ajoutée, notamment dans le secteur tertiaire. Les dernières mode sont à l’interconnexion des systèmes, jusqu’ici trop cloisonnés. Les technologies web et mobiles facilitent le diffusion de données et dévoilent des soins plus adaptés, agiles et astucieux. C’est évidemment sans compter les progressions en User Experience et User Interface qui facilitent l’utilisation de ces applications.


Plus d’infos à propos de Cliquez pour en savoir plus